mardi 30 mai 2017

Les Disparus du Clairdelune | Christelle Dabos


Tome 2 de La Passe-Miroir


Résumé : 

Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.


Extrait : 

Ophélie était aveuglée. Dès qu’elle risquait un regard par-dessous son ombrelle, le soleil l’assaillait de toutes parts : il tombait en trombe du ciel, rebondissait sur la promenade en bois verni, faisait pétiller la mer entière et illuminait les bijoux de chaque courtisan. Elle y voyait assez, toutefois, pour constater qu’il n’y avait plus ni Berenilde ni la tante Roseline à ses côtés.
Ophélie devait se rendre à l’évidence : elle s’était perdue.
Pour quelqu’un qui était venu à la cour avec la ferme intention de trouver sa place, ça se présentait plutôt mal. Elle avait rendez-vous pour être officiellement présentée à Farouk. S’il y avait une personne au monde qu’il fallait ne surtout pas faire attendre, c’était bien cet esprit de famille.
Où se trouvait-il ? À l’ombre des grands palmiers ? Dans l’un des luxueux palaces qui s’alignaient le long de la côte ? À l’intérieur d’une cabine de plage ?
Ophélie se cogna le nez contre le ciel. Elle s’était penchée par-dessus le parapet pour chercher Farouk, mais la mer n’était rien de plus qu’un mur. Une immense fresque mouvante où le bruit des vagues était aussi artificiel que l’odeur de sable et la ligne d’horizon. Ophélie remit ses lunettes en place et observa le paysage autour d’elle. Presque tout était faux ici : les palmiers, les fontaines, la mer, le soleil, le ciel et la chaleur ambiante. Les palaces eux-mêmes n’étaient probablement que des façades en deux dimensions.
Des illusions.


Extrait du chapitre La Partie


Mon avis : 

Alors, mais... Ce roman ! Mais, ça a été une bombe !! Autant le premier j'avais trouvé quelques longueurs et je ne voyais pas tout ce que les autres lecteurs avaient pu trouver... mais dans celui-ci... Wahou ! J'aimais déjà de base beaucoup l'univers créé par Christelle Dabos. Et c'est ça qui m'a poussé à lire le second tome (ainsi que le Cold Winter Challenge 2016), et franchement je ne suis pas déçue de lui avoir donné sa chance !

L'écriture de Christelle Dabos est toujours aussi douce et belle. Tout dans l'écriture de l'auteure est claire et permet une compréhension et une représentation parfaite du monde dans lequel on se retrouve plonger au côté d'Ophélie.

L'univers est encore meilleur dans ce tome-ci ! Absolument magique, il nous en met plein les yeux. J'ai été tellement charmé par l'univers, j'avais envie d'aller l'explorer pour de vrai ! En plus on en découvre beaucoup plus sur tous les personnages... Entre Thorn et Archibald, mon cœur balance. Archibald, charmeur au grand cœur et Thorn, glacial comme à son habitude mais qui s'ouvre peu à peu à Ophélie et du coup à nous. Pour les personnages féminins, la tante d'Ophélie est, pour moi, un bijou, elle est drôle et décalée dans cet univers, et puis Bérénilde est aussi un amour, entêtée et parfois on est un peu triste pour elle et sa situation. Continuons avec Farouk, personnage très intéressant et intriguant, et clairement on a envie d'en savoir plus sur son histoire et son "Grand Livre". Et puis bien sûr il y a Ophélie... ahhh... Alors, elle, franchement c'est un personnage principale parfait ! On a envie de l'avoir en amie, dans la vraie vie ! Et puis il faut avouer que sa capacité à se mettre dans des situations pas possibles qui mettent sa vie et celle de son entourage en danger est assez exceptionnelle (du coup, il vaut peut-être mieux pas faire partie de son cercle proche...)

J'ai beaucoup aimé ce deuxième tome que j'ai clairement préféré au premier, parce qu'il contient beaucoup plus d'action, ce qui me manquait dans le premier (mais en même temps, il fallait bien planter cet énorme décor). Bref si vous avez des doutes après le premier tome, continuez sur le deuxième, je pense que vous serez agréablement surpris ! 

Ma note :

18/20


Infos complémentaires :

Genre : Fantasy, Jeunesse
Editions : Gallimard (Jeunesse)
Date de parution : 2015
Nombre de pages : 550

lundi 29 mai 2017

Fendre L'Armure | Anna Gavalda



Résumé : 

On me demande d'écrire quelques mots pour présenter mon nouveau livre aux libraires et aux critiques et, comme à chaque fois, ce sont ces quelques mots qui sont les plus difficiles à trouver. Je pourrais dire que c'est un recueil de nouvelles, que ce sont des histoires, qu'il y en a sept en tout et qu'elles commencent toutes à la première personne du singulier mais je ne le vois pas ainsi. Pour moi, ce ne sont pas des histoires et encore moins des personnages, ce sont des gens. 
De vrais gens. Pardon, de vraies gens. C'est une faute que j'avais laissée dans mon manuscrit, "la vraie vie des vrais gens", avant que Camille Cazaubon, la fée du Dilettante, ne me corrige : l'adjectif placé immédiatement avant ce nom se met au féminin. Quelles gens ? Certaines gens. De bonnes gens. Cette règle apprise, je suis allée rechercher tous mes "gens" pour vérifier que tous s'accordaient bien et j'ai réalisé que c'était l'un des mots qui comptait le plus grand nombre d'occurrences. 
Il y a beaucoup de "gens" dans ce nouveau livre qui ne parle que de solitude. Il y a Ludmila, il y a Paul, il y a Jean (!) et les autres n'ont pas de nom. Ils disent simplement "je". Presque tous parlent dans la nuit, pendant la nuit, et à un moment de leur vie où ils ne différencient plus très bien la nuit du jour justement. Ils parlent pour essayer d'y voir clair, ils se dévoilent, ils se confient, ils fendent l'armure. 
Tous n'y parviennent pas mais de les regarder essayer, déjà, cela m'a émue. C'est prétentieux de parler de ses propres personnages en avouant qu'ils vous ont émue mais je vous le répète : pour moi ce sont pas des personnages, ce sont des gens, de réelles gens, de nouvelles gens et c'est eux que je vous confie aujourd'hui.


Extrait : 

- Arrête, j'te dit. C'est même pas la peine d'insister.
J'avais pas du tout envie d'y aller. J'étais crevée, je me sentais moche et en plus, j'étais pas épilée. dans ces cas-là, j'assure que dalle et comme je sais que je vais rien choper, je finis toujours défoncée comme un terrain de manœuvres.
Je sais, je suis trop délicate mais bon, c'est plus fort que moi, si je ne suis pas nickel et la chatte au carré, je m'accorde aucune ouverture.
Sans compter que je m'étais pris la tête avec mon connaud de chef pendant que je finissais mes cages et que ça m'avait bien minée.

C'était à propos de la nouvelle gamme de chez ProCanina, la Puppy Sensitive.
- Je la vendrais pas, que je lui répétais, je la vendrais pas. C'est du fouage de gueule. Contribue au développement du cerveau et de la vue, j'ai encore relu en lui rendant son putain de sac de croquettes à vingt-sept euros les trois kilos, développement du cerveau, n'importe quoi, hé, si c'était vrai, y feraient bien de se les bouffer eux-mêmes, ces blaireaux.

Mon ti'chef s'était éloigné en crachotant : et son rapport, et ma tenue, et mon langage, et mon CDI que j'aurai jamais, et tatati et gnagnagna, mais je m'en tamponnais la guitoune. Je suis invirable et il le sait aussi bien que moi. Depuis que je suis là, les bénéfices ont fait deux fois le tour du compteur et dans ma dot j'ai raboulé toute mon ancienne clientèle de chez Favrot, alors...


Extrait du chapitre 1 de la nouvelle L'amour courtois


Mon avis : 

J'ai énormément aimé ce recueil de nouvelles. Toutes les nouvelles m'ont plus, certaines encore plus que d'autres. Les nouvelles ont beau traiter de solitude, je les ai trouvé magnifiques, émouvantes, pleines d'espoir et humanisme. Aucune nouvelle n'est faite dans le but de tirer les larmes des yeux et c'est plutôt agréable.

J'ai adoré la plume de l'auteure, c'était beau, c'était fluide, bref on dévore les nouvelles, une par une, sans s'en rendre compte, et qu'est ce que c'est agréable !

Les personnages de chaque nouvelle sont très différents et pourtant ils sont tous, sans exception, attachants, et on a envie qu'ils sortent de leur solitude, qu'ils se réconcilient avec la vie, qu'ils avancent, qu'ils combattent et qu'enfin ils s'épanouissent.

Bref, je conseille pleinement ce recueil dont j'avais peur que le thème plombe le moral alors que pas du tout, donc foncez et ouvrez vous à la solitude de ces personnages attendrissants !

Ma note :

17/20


Infos complémentaires :

Genre : Contemporain, Nouvelle
Editions : Le Dilettante
Date de parution : 2017
Nombre de pages : 288

mardi 23 mai 2017

Milk And Honey | Rupi Kaur




Résumé : 

'Milk and honey' is a collection of poetry and prose about survival. About the experience of violence, abuse, love, loss, and femininity. It is split into four chapters, and each chapter serves a different purpose. Deals with a different pain. Heals a different heartache. 'milk and honey' takes readers through a journey of the most bitter moments in life and finds sweetness in them because there is sweetness everywhere if you are just willing to look.


Extrait : 

how is it so easy for you
to be kind to people he asked

milk and honey dripped
from my lips as i answered

cause people have not
been kind to me

Extrait de The Hurting

my favorite thing about you is your smell
you smell like
earth
herbs
gardens
a little more
human than the rest of us

Extrait de The Loving

i didn’t leave because
i stopped loving you
i left because the longer
i stayed the less
i loved myself

Extrait de The Breaking

the next time he
points out the
hair on your legs is
growing back remind
that boy your body
is not his home
he is a guest
warn him to
never outstep
his welcome
again

Extrait de The Healing


Mon avis : 

Ce bouquin a été une claque monumentale pour moi ! C'était puissant, magnifique et d'une justesse à couper le souffle ! Tu ressens à merveille les émotions qu'a voulu faire passer l'auteure. Alors même si ça fait bien trois mois que j'ai lu ce recueil, j'ai encore du mal à trouver les mots pour dire à quel point c'était beau, simple et touchant.

J'ai été touchée par la plume de l'auteure et j'ai adoré le mélange de ses poèmes avec des très belles et douces illustrations qui ponctuent les pages. Ce livre se dévore ! En une heure il est fini, et on a mis des petits post-it partout, parce que tous les poèmes sont sublimes !

Ma partie préférée a été la dernière The Healing, qui est pleine d'espoir, de bonté, de féminisme, et de "prends soin de toi, tu le mérites". Cette partie te donne envie d'être libre, d'être toi, de ne plus être opprimée par la société, de faire ce que tu as envie, quand tu en as envie. Bref c'est libérateur et ça te donne confiance en toi et en l'avenir (et même presque en l'humanité).

Bref ce recueil est une pépite, qui malheureusement n'est disponible qu'en anglais (désolée pour les non anglophones), et qui je pense sera relu très régulièrement parce, bah il est magnifique, voilà !

Ma note :

18/20


Infos complémentaires :

Genre : Poésie
Editions : Andrews McMeel Publishing
Date de parution : 2015
Nombre de pages : 204

lundi 22 mai 2017

L'Amulette de Samarcande | Jonathan Stroud


Tome 1 de La Trilogie de Bartiméus


Résumé : 

Londres. XXIe siècle. La ville est envahie de sorciers qui font appel à des génies pour exaucer leurs désirs. Lorsque le célèbre djinn Bartiméus est appelé par une puissante invocation, il n'en croit pas ses yeux l'apprenti magicien, Nathaniel, est bien trop jeune pour solliciter l'aide d'un génie aussi brillant que lui De plus, cet adolescent surdoué lui ordonne d'aller voler l'Amulette de Samarcande chez le puissant Simon Lovelace. Autant dire qu'il s'agit d'une mission suicide. Mais Bartiméus n'a pas le choix : il doit obéir. Le djinn et le magicien se trouvent alors embarqués dans une dangereuse aventure... 


Extrait : 

La température ambiante chute d’un coup. Une pellicule de glace tapisse les rideaux et forme une croûte épaisse autour du plafonnier. Dans chaque ampoule, le filament incandescent se racornit, de moins en moins brillant, tandis que les bougies plantées dans tous les coins telle une colonie de champignons vénéneux s’éteignent d’un coup. Dans la pénombre de la pièce se répand un nuage de vapeur âcre et jaune aux relents de soufre, où se contorsionnent de vagues formes noires. Loin, très loin, on entend des voix hurler en chœur. Brusquement, une pression s’exerce sur la porte donnant sur le palier ; elle s’arque vers l’intérieur de la pièce dans un grincement de boiseries. Un bruit de pas émis par des pieds invisibles crépite sur le plancher, des bouches également invisibles se mettent à chuchoter des méchancetés derrière le lit et sous le bureau.
Puis le nuage de soufre se contracte pour former une épaisse colonne de fumée ; celle-ci sécrète une série de fins tentacules qui lèchent l’air comme des langues avant de se retirer. La colonne reste suspendue au-dessus du pentacle en bouillonnant contre le plafond tel un volcan en éruption. Une pause à peine perceptible, puis deux yeux jaunes au regard fixe se matérialisent au cœur de la fumée.
Eh ! C’est la première fois, pour lui… Je tiens à lui flanquer la trouille.
Et c’est réussi. Il se tient debout au centre de son propre pentacle, plus petit et couvert de runes différentes, à quelques pas du pentacle principal. Pâle comme un mort, il claque des dents et tremble comme une feuille par grand vent ; des gouttelettes de transpiration perlent sur son front et se transforment en glace avant de tomber par terre avec un petit bruit cristallin de grêlons.
Bon, tout ça est très bien, mais qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Parce que ce petit gamin brun, avec ses yeux écarquillés et ses joues creuses, il a douze ans à tout casser. Et franchement, flanquer la trouille de sa vie à un gringalet pareil, ce n’est pas tellement excitant.

Extrait du chapitre 1, du point de vue de Bartiméus


Mon avis : 

J'avais envie de lire de la fantaisie, et comme je ne voulais pas d'un truc trop hard pour commencer, je me suis tournée vers un roman jeunesse, qui m'avait franchement attiré l’œil quand j'étais au collège (du coup ça remonte un peu mais pas tant que ça non plus ^^). Et très franchement ça m'a bien bien plu ! 

J'ai beaucoup aimé les personnages de Nathaniel, notre jeune et talentueux apprenti magicien,et Bartiméus, djinn intrépide et fort sarcastique. Bartiméus m'a bien fait rire avec ses petites anecdotes dans les notes de bas de pages. Et puis bien sûr, je n'ai pas du tout aimé voire détesté les personnage de Mr Underwood et de Lovelace, qui pour le premier est un crétin incapable, et le deuxième un être détestable de par sa vanité et son égoïsme et surtout son petit air hautain. Bref des personnages magiciens, qui, dans un monde où ils sont l'élite, se croient absolument tout permis sous prétexte qu'ils sont magiciens.

J'ai beaucoup aimé le découpage du livre en alternance de points de vue entre Bartiméus et Nathaniel. Le seul petit bémol que je pourrais donner au livre, c'est que le gros de l'action se situe seulement dans les 100 dernières pages, ce qui, sur un livre de plus de 500 pages est un peu léger. Mais, ma foi, c'était quand même bien sympathique, avec tous les sarcasmes et blagounettes de Bartiméus. C'est pas mal écrit et ça se lit plutôt bien, et en plus ça ne prend pas la tête avec 20 000 noms de personnages de lieux... Donc grosso modo que du positif pour ce livre qui reste quand même un début de bonne briquace. Mais n'aillez pas peur du nombre de pages, elles passent plutôt vite !


Ma note :

17/20


Infos complémentaires :

Genre : Fantasy, Jeunesse
Editions : Albin Michel (Wiz)
Date de parution : 2003
Nombre de pages : 557

dimanche 21 mai 2017

Illuminae | Jay Kristoff & Amy Kaufman


Tome 1 de Dossier Illuminae


Résumé : 

Ce matin de 2575, lorsque Kady quitte Ezra, elle croit avoir vécu le pire moment de sa vie. L’après-midi, sa planète est attaquée par une entreprise interstellaire sans foi ni loi — BeiTech. Obligée de fuir, Kady embarque sur le vaisseau Hypatia, Ezra sur l’Alexander. Très vite, Kady soupçonne les autorités de leur cacher la vérité. Avec l’aide d’Ezra, elle pirate le réseau informatique de leur flotte, accédant ainsi à des données confidentielles qui mettent en cause leur propre état-major. Alors qu’ils sont toujours traqués par BeiTech, l’Intelligence Artificielle censée les protéger se met à agir d’une façon étrange...


Extrait : 

 


 


Mon avis : 

Pour moi, ce bouquin est une pépite autant sur le plan artistique des pages, la construction du récit avec des rapports, des mails, des interviews, des plans... que sur le texte ! J'ai trouvé ça très novateur, et le format permet une lecture très rapide, très fluide. C'est vraiment un livre que je conseille pour découvrir un nouveau genre de lecture (par nouveau je n'entends pas récent, mais peu connu et utilisé et donc peu lu par nous, petits lecteurs humains)

J'ai adoré les personnages, ils sont tous très attachants même l'Intelligence Artificiel, alors que c'est pas donné vu son comportement à certains moments. 

J'ai entendu dire (ou plutôt lu) que certains avaient été rebutés par la romance entre nos deux héros principaux Kady et Ezra, parce qu'en lisant le résumé on ne s'attend absolument pas à une histoire d'amour, enfin bon je vous spoile rien, elle arrive très rapidement dans le roman. Et puis bon, comment vous dire, que après avoir dévoré ce bouquin, vous pourrez ajouter un nouveau book boyfriend à votre liste, hein, parce qu'on va pas se mentir, Ezra est parfait...

Sinon, pour en revenir aux personnages, ils sont plutôt badass, très courageux, (enfin comparés à moi ^^), et avec un bon caractère, bien trempé, bien rebelle, bien "j'en-ai-rien-à-foutre-des-règles". Personnellement ça me les a rendus fort sympathiques.

J'ai trouvé que le roman était vraiment prenant, plein de rebondissements, de trucs très inattendus et puis une fin qui m'a laissée disons bouche bée mais très positivement (genre tu sais pas quoi dire mais dans ta tête c'est quand même la fête). En plus, clairement cette fin te donne envie de te jeter sur le Tome 2, qui malheureusement n'est pas encore sorti en français, mais oh joie, ça arrive très vite, puisqu'il devrait arriver en juin, si je ne m'abuse! 
Bref j'ai énormément aimé et je vous le conseille vivement (par contre lisez-le en format papier, parce que je pense qu'en ebook, vous allez perdre beaucoup sur la qualité des images et du coup sur toute l'oeuvre...)! 


Ma note :

18/20


Infos complémentaires :

Genre : Science-Fiction, (Romance)
Editions : Casterman (Jeunesse)
Date de parution : 2016
Nombre de pages : 607

mercredi 4 janvier 2017

Le Lion , la Sorcière Blanche et l'Armoire Magique | C.S. Lewis


Tome 2 de Le Monde de Narnia


Résumé : 

Narnia... Un royaume merveilleux condamné à un hiver éternel, un pays qui attend d'être libéré d'une emprise maléfique. L'arrivée extraordinaire de quatre enfants fait renaître l'espoir. S'ils trouvent Aslan, le grand Lion, les pouvoirs de la Sorcière Blanche pourraient enfin être anéantis...



Extrait : 

Il était une fois quatre enfants qui s’appelaient Peter, Susan, Edmund et Lucy. Cette histoire raconte une aventure qui leur arriva lorsqu’ils furent éloignés de Londres, pendant la guerre, à cause des raids aériens. On les envoya chez un vieux professeur qui vivait en pleine campagne, à seize kilomètres de la gare la plus proche et à trois kilomètres du bureau de poste. Ce professeur n’était pas marié et vivait dans une très vaste maison avec une gouvernante, Mme Macready, et trois servantes. (Elles se nommaient Ivy, Margaret et Betty, mais elles ne jouent pas un grand rôle dans l’histoire.) C’était un homme très âgé, avec des cheveux blancs en broussaille, qui poussaient sur une grande partie de son visage aussi bien que sur sa tête. Les enfants l’aimèrent presque immédiatement ; mais le premier soir, quand il sortit pour les accueillir à la porte d’entrée, il avait l’air si bizarre que Lucy (qui était la plus jeune) fut un peu effrayée, et qu’Edmund (qui était le plus jeune après Lucy) eut grande envie de rire et dut, à plusieurs reprises, faire semblant de se moucher pour ne pas le montrer.
Dès qu’ils eurent souhaité bonne nuit au professeur et qu’ils furent montés à l’étage pour leur première nuit, les garçons vinrent dans la chambre des filles et tous se mirent à parler de leur hôte :
— Nous sommes vraiment bien tombés ! s’exclama Peter. Cela va être merveilleux ! Ce vieux bonhomme nous laissera faire tout ce que nous voulons !


Extrait du chapitre 1 : Lucy regarde dans une armoire



Mon avis : 

Deuxième tome de la saga, tout aussi bon que le premier. J’ai beaucoup aimé l’écriture de l’auteur avec toutes ses apostrophes au lecteur, ça rend le texte très vivant et nous aide à entrer encore plus facilement dans l’histoire.

J’ai été très touchée par le personnage de Lucy, elle est tellement mignonne, adorable… on a envie de l’avoir comme petite sœur. Et puis Aslan … Être le plus merveilleux… J’ai envie de le rencontrer en vrai et de lui faire un gros câlin !!
L’enfant que j’ai le moins aimé reste Edmund, mais son rôle ne joue pas franchement en sa faveur… Quand il rencontre la sorcière (elle aussi d’ailleurs je l’aime pas du tout), tu as envie de lui crier « N’y vas pas gros nigaud !!!! » et bien sûr, vu qu’il ne t’écoute pas, il part avec elle ! En plus de ça j’ai trouvé qu’il n’était pas vraiment sympathique avec Lucy pour ne pas dire carrément odieux…
Je me suis aussi beaucoup attachée à tous les petits (et grands) animaux et créatures enchantées, comme la famille Castor ou Mr Tumnus le faune, ils sont justes adorables !

La fin était tournée de manière plutôt sympathique pour que nos quatre enfants retournent dans le pays des humains, mais je n’en dis pas plus … J


Pour finir, je pense vraiment que cette saga va être une véritable saga doudou, pleine de réconfort. C’est léger, rapide à lire et on passe un bon moment sans prise de tête, juste du plaisir !

Mon avis sur le Tome 1 : Le Neveu du Magicien



Ma note :

15/20


Infos complémentaires : 

Genre : Fantasy, Jeunesse
Editions : Folio (Junior)
Date de parution : 2008
Nombre de pages : 196

samedi 31 décembre 2016

Poison | Sarah Pinborough



Tome 1 de Contes des Royaumes


Résumé :


Blanche-Neige, le conte de fées revisité :
cruel, savoureux, et tout en séduction
Rappelez-vous le conte de Blanche-Neige que vous connaissez :
la méchante reine impardonnable, le valeureux prince, l’innocente et belle princesse, la pomme empoisonnée et le baiser d’amour véritable...
... et à présent, ouvrez ce livre et plongez-vous dans la véritable histoire de Blanche-Neige, telle qu’elle n’a jamais été révélée...


Extrait : 

— Il faut cesser de l’appeler comme ça. Elle n’a plus l’âge, dit la reine, debout devant la fenêtre de la chambre royale.
Le soleil matinal inondait la cour en contrebas, mais le fond de l’air restait frais. Elle frissonna.
— Il est temps qu’elle se comporte enfin comme une vraie dame. Comme une princesse, ajouta la souveraine.
— Rien ne presse, répondit le roi, elle est encore jeune. Et puis, renchérit-il en riant, c’est quand même toi qui le lui as donné, ce petit nom.
Son rire guttural donnait l’impression de remonter des entrailles de la terre ou d’émerger de la boue d’un champ de bataille. Il sortit du lit et marcha d’un pas lourd. Le roi était lourd. De plus en plus lourd, même. La reine avait épousé un ogre.
— Pas si jeune que ça. Elle n’a que quatre ans de moins que moi, murmura-t-elle.
Elle entendit derrière elle le bruit d’une cataracte frappant la céramique. Pour la millième fois, elle regretta qu’il ne lui fasse pas au moins la grâce d’aller pisser dans une autre pièce.
— C’était une simple remarque en passant, poursuivit-elle sur le même ton, juste pour souligner à quel point elle était pâle. Ce n’était pas censé être un compliment. Une plaisanterie, tout au plus.
Des paroles dont son époux, tout à sa bruyante miction, ne saisit rien.
— Et c’était il y a bien longtemps, conclut-elle avec amertume.
Elle regarda loin en dessous d’elle la jeune femme vêtue de chausses brunes et d’une tunique blanche qui mettait pied à terre. Elle montait comme les hommes, à califourchon, ses longues jambes de part et d’autre de sa monture. La brise vint plaquer le fin tissu de la chemise contre la silhouette gracile, soulignant la courbe de ses seins hauts et son ventre plat. Sa chevelure d’un noir de jais lui tombait sur les épaules. Lorsqu’elle tendit les rênes au palefrenier, la lourde masse brune passa sur le côté et un rai de lumière en révéla tout l’éclat. La jeune femme sourit et posa une main sur le bras du garçon d’écurie. Il dut lui raconter une boutade quelconque car ils rirent à l’unisson. Ses lèvres avaient la rougeur d’un fruit. Une touche de rose sur ses joues rehaussait la blancheur de son teint. Ses yeux violets étincelaient. Tout en elle clamait la beauté. Elle était si libre. Si insouciante.


Extrait du chapitre 1 : L'air et la terre, la lumière et les ténèbres.


Mon avis :

Ce roman est une réécriture du conte de Blanche-Neige, où tout n’est pas si rose que dans la version Disney…

Les personnages sont bien plus « agréables » que dans la version Disney. On se sent bien plus proche de la « méchante » reine, elle est beaucoup moins antipathique. Les nains sont juste adorables ! Et Blanche-Neige n’est plus cette nunuche naïve, ce qui est franchement appréciable ! J’ai aussi beaucoup aimé le personnage du chasseur, très juste, très à cheval sur les principes.

La fin de cette réécriture est franchement inattendue, et plutôt horrible quand on y repense… Clairement malsain et dérangeant…


Pour finir, j’ai énormément aimé l’écriture de Sarah Pinborough, on se laisse porter par ses mots, qui s’enchaînent avec une grande facilité.

Seul petit bémol pour moi, les scènes de culs sont en trop, elles n’apportent rien. Bref clairement dispensables.



Ma note :

16/20


Infos complémentaires : 

Genre : Conte, Romance
Editions : Milady (Imaginaire)
Date de parution : 2014
Nombres de pages : 222